Si ma peinture est émaillée de volatiles, parfois englués, c'est que l'image des marées noires me hante toujours et je l'exorcise aussi dans des pièces comme Mémorial la mouette, un tapis blanc des innocents, ou encore Déchausse-toi et tu entendras la mer. Le travail de la paraffine est arrivé comme un aboutissement : permettant les inclusions de fleurs artificielles, de plumes, de photographies, permettant aussi des réalisations pérennes en bronze, la paraffine est la métaphore de notre société basée sur l'apparence ; elle a la blancheur de l'innocence, elle se coule dans le moule, et son âme est pétrolifère.         

Déchausse-toi et tu entendras la mer (Artothèque, St-Denis de La Réunion, 2006)

F_lix_roule